De nombreuses raisons m’ont emmené aux médecines douces.


Après m’être engagé dans un cursus scientifique (études de géologie), je ne me retrouvais pas dans l’avenir qui se dessinait face à moi. Pas assez de contacts avec les gens, des débouchés parfois hasardeux, je sentais que certains aspect humains finiraient par manquer.
A côté de cela, j’étais toujours impressionné par les approches qu’avaient mon acupuncteur et mon ostéopathe concernant la santé.

Je me suis donc intéressé à la Médecine Chinoise et j’ai rapidement entamé un cursus dans ce domaine.
C’est tout un monde qui m’est apparu, une autre vision de la santé, une alternative pour les patients ne trouvant pas, au sein de l’approche classique, de réponses à leurs maux.

Satisfait, je voulais néanmoins compléter mes outils thérapeutiques par thérapie manuelle douce, efficace, afin de diversifier mes compétences.
Après de nombreuses recherches, la méthode Bowen s’est imposée, répondant à mes attentes dans le domaine : douce, peu invasive pour le patient, rapidement efficace, curative et préventive.

Je suis aujourd’hui pleinement en accord avec mes principes. A même de proposer à mes patients des solutions valables au service de leur santé.

Je n’ai pour autant jamais considéré la suprématie d’une forme de médecine par rapport à une autre. Je n’exclus donc aucune forme de traitement, privilégiant la santé des patients à l’exclusivité de telle ou telle pratique. Je reste convaincu que c’est la connaissance de ces pratiques qui permettra leur association, et non leur opposition.