Outils thérapeutiques

L’acupuncture :

C’est par cette dernière que nous avons un aperçu de l’énergétique chinoise en occident. L’image de ces petites aiguilles insérées sur des points précis nous vient directement en tête. Le corps humain est en effet jalonné d’un réseau de Méridiens, ou canaux dans lesquels circule l’énergie (Qi). Ces réseaux, liés à différentes fonctions vitales, organes ou entrailles, sont parsemés de points assimilables à des zones d’émergence de l’énergie. Les fonctions précises de chaque point permettent au praticien de choisir judicieusement lesquels puncturer afin de rééquilibrer le flot énergétique au sein du corps humain. Pour information, les méridiens sont au nombre de 12 sur lesquels se répartissent environ 360 points. Il existe par ailleurs des méridiens particuliers, dits extraordinaires, qui ont leurs points propres. Enfin, un ensemble de points Hors Méridiens est régulièrement mis à jour par les chercheurs chinois. Ces points ont des fonctions plus symptomatologiques.

La moxibustion :

Souvent associée à l’acupuncture, elle consiste à chauffer des points ou des trajets à l’aide de bâtons d’armoise séchée.

La pharmacopée :

Véritable trésor, la pharmacopée chinoise recèle de milliers de plantes et formules. Chacune d’entre elles ayant une ou des fonctions bien précises ou définies. Là encore, le choix judicieux des plantes et formules par le praticien permet d’adapter le traitement à chaque patient, chaque pathologie, chaque terrain.

Le TuiNa :

Forme de massage chinois qui permet de faire circuler l’énergie au sein des méridiens. Cette thérapie manuelle a donc pour but de désobstruer ces réseaux, permettant le traitement de douleurs, lésions ostéo-articulaires. Il permet également de relaxer ou revitaliser le patient. Il peut être associé aux autres moyens thérapeutiques ou être utilisé seul, en fonction des cas.

La diététique :

Pilier incontournable de la guérison, la diététique traditionnelle chinoise est un élément clé du traitement. C’est en effet dans notre nourriture que nous puisons une grande partie de l’énergie qui nous anime. Une alimentation erronée est donc source ou catalyseur de déséquilibres. Il appartient au praticien de corriger une alimentation délétère mais également au patient de se prendre en charge en acceptant et appliquant ces conseils.

Pour résumer l’utilisation conjointe de ces outils, voici une image qui, je l’espère, sera explicite. Considérons l’organisme comme un moulin à eau. Le déséquilibre a grippé la roue de ce moulin. L’acupuncture, la moxibustion et le TuiNa ont pour but de relancer et remettre en mouvement. Mais afin que ce mouvement puisse se perpétuer, la pharmacopée et la diététique agiront comme l’eau qui vient faire tourner durablement la roue du moulin.