Une autre vision de l'homme et de la médecine

  • Pratiquée depuis plus de 3000 ans en Chine, l’énergétique chinoise adopte une toute autre vision de l’Homme.
    En un mot : holistique.
    C'est-à-dire que chaque individu a son propre vécu, son entourage, son passé médical et que cet ensemble de facteurs le définissent.
    On ne pourra le soigner que si l’on prend en compte ce « terrain » propre à chaque patient.
  • L’énergie (Qi) qui circule en nous est soumise à des perturbations.
    Toutes ces perturbations sont causes de maladies, des plus bénignes aux plus graves.
    Le but du praticien est de mettre en évidence ces déséquilibres et de les corriger. Pour ce, il aura recours à différents outils tels que l’acupuncture (certainement le plus connu) mais également la pharmacopée (phytothérapie chinoise) ou encore la diététique.
    Cette dernière revêt une importance toute particulière. Les causes des maladies sont généralement classées en 2 grandes catégories : internes et externes. Les causes externes sont souvent connues de tous : climat, expositions à des températures extrêmes, changements de saisons. Sont également inclues dans cette catégorie le milieu ou entourage du patient : situation familiale, professionnelle.
  • Les causes internes sont classées sous la dénomination « 7 passions » ou causes émotionnelles.
    Les excès de joie, colère, tristesse, peur, rumination intellectuelle ont un effet négatif sur l’organisme. Ils sont également à l’origine de déséquilibres, sources de maladies.
    Des causes dîtes « ni externes ni internes » existent également, mais je ne juge pas utile de les présenter ici car elles sont trop spécifiques.
  • L’énergétique chinoise a prouvé son efficacité dans des domaines tels que :

    •  les migraines et céphalées, qui sont classées en différents types en fonction de leur modalité d’apparition et de leur localisation. Le but étant encore et toujours d’isoler la cause à l’origine de ce mal très fréquent et pourtant assez mal compris de notre médecine occidentale.

    •  la gynécologie : des dérèglements et troubles du cycle à l’accompagnement des grossesses chez les femmes enceintes.

    •  la gériatrie : en travaillant notamment sur le confort des personnes âgées, les douleurs arthritiques.

    •  la gastro-entérologie : maladie de Crohn, syndrômes digestifs, brûlures d’estomac…

    •  la dermatologie : toutes les affections de la peau, eczémas, psoriasis.

    •  les troubles dits psychosomatiques : c’est dans cette catégorie que finissent les maux mal compris par d’autres domaines. La mauvaise gestion du stress et des émotions a des conséquences sur notre corps. C’est alors que l’on parle de maladies psychosomatiques. Elles peuvent donc être de tous ordres, l’aspect psychosomatique restant à la source (la cause) du problème.

  • Il est bon de savoir que les hôpitaux de médecine chinoise, en Chine, continuent à travailler et à faire des recherches dans tous ces domaines.
    Par ailleurs, la cancérologie ou la recherche sur des pathologies modernes telles que le SIDA ou la grippe H1N1 font l’objet d’une attention importante.
    La médecine chinoise est donc « traditionnelle » et vieille de plusieurs millénaires, elle n’en reste pas moins très au fait des affections liées à notre mode de vie actuel.